fbpx

ISIKA, confinement, téléprésentiel et Blended Learning … Retour d’expérience et confirmation d’un modèle.

ISIKA, confinement, téléprésentiel et Blended Learning … Retour d’expérience et confirmation d’un modèle.

A la genèse d’Isika

L’idée de créer Isika à l’été 2017 relevait d’une conviction profonde : les progressions pédagogiques que nous consolidions depuis 28 ans pour construire, sur les métiers des Etudes et Développement Informatique, des compétences opérationnelles à travers une formation de reconversion intensive de six mois, étaient d’une efficacité indubitable.

L’idée d’adjoindre à cet outil pédagogique des modules en auto-formation (e-learning) voulait répondre à l’ambition d’améliorer encore l’efficacité de ce modèle pédagogique (100% d’emploi visé) et d’en étendre territorialement l’usage. Pourquoi en limiter l’usage au seul territoire Ile de France quand des apprenants de l’ensemble du territoire national ou même du domaine francophone pouvaient en bénéficier ?

L’option s’est imposée de monter un dispositif en blended-learning (formation mixte) qui mêlerait modules de formation distancielle à travers une plate-forme d’auto-formation « intelligente », et modules de formation présentielle en face à face pédagogique dans des lieux de regroupement. L’enjeu était en effet de pallier aux effets d’abandon des formations à distance classiques par des auditeurs trop souvent livrés à eux-mêmes et confrontés à des progressions illisibles.

Une évaluation de l’offre d’e-learning (OpenClassroom, 360 Learning, etc …) et des plates-formes LMS proposées, nous a convaincus que seul un nouveau produit propriétaire pouvais satisfaire nos ambitions pédagogiques : la conception et le développement de KIS-IA notre plate-forme d’e-learning fondée sur des nouvelles interactions pédagogiques, sur un moteur d’IA et sur des contenus originaux ont ainsi été initialisés.

L’accélération avec la crise du Covid-19

La crise COVID et le confinement brutal nous ont surpris, comme ils ont surpris l’ensemble des acteurs économiques partout dans le monde.  Nous avions en cours, en parallèle, au moment du confinement, 3 sessions de formation.  Mais étant préparés culturellement à une évolution vers des formations virtualisées, le passage en télé-présentiel (classes virtuelles) s’est opéré immédiatement.  En fournissant à nos auditeurs et à nos animateurs immédiatement des solutions logicielles éprouvées et des solutions matérielles, il nous a suffi de 48 heures pour basculer d’un mode présentiel à un mode télé présentiel.

La rupture pouvait être brutale : notre vision pédagogique prône des valeurs de communication, de mobilisation collective, d’interactivité et de partage permanent … L’isolement des acteurs apprenants dans des environnements virtualisés pouvaient remettre ces valeurs et ce mode de fonctionnement en question.

En fait, dès les premiers jours, les soutenances de projet de cycle se sont naturellement transposées en mode visioconférence et webinars publics, avec le plus grand succès et plaisir des spectateurs et des apprenants.

Les réunions d’informations organisées pour présenter le projet Isika au grand public, qui mettaient l’accent sur l’interactivité des participants, se sont elles aussi reformatées avec succès à un format webinar en ligne.

Nos jurys de sélection et leurs entretiens individuels avec chacun des candidats, entretiens menés à deux recruteurs, se sont adaptés à un format visioconférence à la grande satisfaction des candidats… Et avec un nouvel avantage : s’abstraire des contraintes de temps, de transport, de sécurité sanitaire, de distance.

Et la session CDI-06, qui a démarré le 21 Avril, a bénéficié, comme ses prédécesseurs, de ses deux journées d’atelier de communication, cohésion et travail de groupe qui caractérisent de manière essentielle nos démarrages de groupes. Mais elles ont été réalisées en téléprésentiel.

Nos cours, qui eux aussi caractérisaient la plus grande vigilance de nos équipes pédagogiques quant à l’interactivité et à la réalité des apprentissages techniques opérationnels n’ont subi aucune forme de dégradation en termes de qualité : celle-ci se mesure au bout du compte à la stabilité du niveau des acquis évalués et comparés entre les sessions … 

En fait, si certaines réticences avaient fait jour à l’origine quant à la virtualisation de nos salles de cours, celles-ci ont vite été gommées au regard des avantages d’un téléenseignement qui S’ETAIT EFFORCE DE NE DEGRADER NI LA QUALITE NI LA DIMENSION COLLECTIVE DE NOS ENSEIGNEMENTS …

Un nouveau modèle satisfaisant plaçant (toujours) l’humain au centre …

L’enjeu était là : arriver à préserver, dans un environnement virtualisé par le télétravail, nos valeurs de cohésion, de solidarité, de communication, de collaboration et de partage. Ce sont ces valeurs qui permettent à CHACUN de nos apprenants de se transcender au sein du groupe et du collectif auquel il participe, pour aller le plus loin possible et avec le plus de plaisir dans la construction de sa compétence opérationnelle garantie de son insertion pérenne sur le marché du travail. Ce sont aussi ces valeurs et cet accompagnement qui nous ont permis depuis le début d’Isika de n’avoir que 4% de taux d’abandon (5,7% pour les contrats de professionnalisation) 1 mois après le début du cursus. La raison principale est plutôt une bonne nouvelle car généralement, ils ont signé un contrat de travail, et les abandons pour causes de problèmes personnels (maladie grave, problème familial) demeurent très rares. 

Pari réussi : Un sondage auprès des auditeurs des promotions fait ressortir au début du confinement que 74% des auditeurs qui auraient pratiqué les deux modes d’enseignement sont favorables à une poursuite en formation à distance. La praticité et le confort de rester à la maison (pas de transports en commun) ont été évoquées comme raisons pour ceux qui y étaient favorables tandis que pour les autres, les difficultés techniques (connexion, puissance de l’ordinateur) ou encore la gestion des enfants en même temps que les cours ont été évoquées.

Et à ce jour et passé le temps d’adaptation : tous ont choisi de poursuivre leur cursus en distanciel.

En fait notre modèle de blended-learning qui voulait associer auto-formation (e-learning) + formation présentielle, s’est parfaitement transposé en auto-formation (e-learning) + formation télé-présentielle (Classes virtuelles) pour une digitalisation totale de nos sessions de formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-size: initial;background-position: top center;background-attachment: initial;background-repeat: initial;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 650px;}